Ecole

Scolarisons les enfants autistes




Textes officiels





Ressources


Intégration scolaire et partenariat 

Guide de l'Education Nationale : scolariser les élèves autistes


  Petit guide à l'attention des enseignants et des Auxiliaires de vie scolaire

Syndrome d'asperger et autisme de haut niveau en milieu scolaire 

L'enfant autiste à l'école, les modalités de sa scolarité, par Florence Bouy, orthophoniste

http://autismevienne.free.fr/brochure-scolarisation.pdf

Comprendre les sigles

Eduscol 

INSHEA 

L'école ensemble

Conseils pratiques pour les AVS qui accompagnent les enfants en classe


Guide pratique AVS

Brochure réalisée par le rectorat de Lyon
"A l'école maternelle l'un de vos élèves peut être autiste"
Mars 2012



Brochure du SE-UNSA : scolariser un enfant en situation de handicap

Témoignage sur les capacités et limites d'un enfant TED : attention aux jugements hâtifs http://trehinp.dyndns.org/formations/Textes/rapportecolefrancais.pdf



Associations : FNASEPH 

Vous trouverez également de nombreuses informations sur les webs de la MDPH, Rectorat, Conseil Général de votre région.






MDPH  : Maisons Départementales des Personnes Handicapées


C'est le point de départ de toute démarche vis à vis du handicap et notamment en matière d'éducation et d'enseignement.
La MDPH offre, dans chaque département, un accès unique aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées. La MDPH exerce dans chaque département une mission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées et de leur famille. 


La MDPH a huit missions principales :
elle informe et accompagne les personnes handicapées et leur famille dès l’annonce du handicap et tout au long de son évolution.
elle met en place et organise l’équipe pluridisciplinaire qui évalue les besoins de la personne sur la base du projet de vie et propose un plan personnalisé de compensation du handicap.
elle assure l’organisation de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées et le suivi de la mise en oeuvre de ses décisions, ainsi que la gestion du fonds départemental de compensation du handicap.
elle reçoit toutes les demandes de droits ou de prestations qui relèvent de la compétence de la commission des droits et de l’autonomie.
elle organise une mission de conciliation par des personnes qualifiées.
elle assure le suivi de la mise en oeuvre des décisions prises.
elle organise des actions de coordination avec les dispositifs sanitaires et médico-sociaux et désigne en son sein un référent pour l’insertion professionnelle.
elle met en place un numéro téléphonique pour les appels d’urgence et une équipe de veille pour les soins infirmiers.
Une équipe pluridisciplinaire est chargée de l’évaluation des besoins de compensation de la personne dans le cadre d’un dialogue avec elle et avec ses proches. Cette équipe peut être constituée de médecins, ergothérapeutes, psychologues, spécialistes du travail social, de l’accueil scolaire… Elle évalue les besoins de compensation de la personne handicapée sur la base de son projet de vie et de référentiels nationaux. 


CDAPH

CDAPH : Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées
 
La CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) définit le projet personnalisé de scolarisation de l’élève.
Ensuite, la mise en oeuvre de ce projet s'impose aux professionnels de l’éducation et du soin, publics ou privés.
La CDAPH décide des modalités du déroulement de la scolarité en dialogue avec l’élève, sa famille et l’équipe éducative.
A noter que la CDAPH ne peut prendre de décisions sans l'accord des parents. En cas de désaccord, il existe une possibilité de conciliation auprès de la MDPH.
Elle met tout en oeuvre pour assurer à l’élève, le plus souvent possible, une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile.
Le parcours scolaire de chaque élève handicapé fait l’objet d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS). Ce projet est élaboré par l’équipe pluridisciplinaire chargée de l’évaluation en tenant compte des souhaits de l’enfant et de ses parents. 



L’enseignant référent

L’enseignant référent est au centre des actions conduites en direction des élèves handicapés. Il ne bénéficie d’aucune autorité hiérarchique ou administrative mais il est la première personne qu’un enseignant doit pouvoir contacter à chaque fois qu’il le juge utile. Il veille au suivi de la mise en oeuvre du parcours scolaire. Un élève handicapé est suivi par le même enseignant référent tout au long de sa scolarité quels que soient les établissements qu’il fréquente (y compris les établissements médico-sociaux), sauf s'il déménage. 


AVS - auxiliaires de vie scolaire
 
Certains élèves handicapés ont besoin d’être accompagnés pour réaliser certains gestes ou certaines tâches de la vie quotidienne à l’école, L'élève peut alors bénéficier de l'aide d'un AVS (aide de vie scolaire). Celui-ci peut être "collectif" (affecté au groupe) ou individuel. Cet auxiliaire peut être attribué par décision de la CDAPH. Il existe également des personnels qui assurent une aide à la scolarisation des élèves handicapés (ASEH) auprès des équipes pédagogiques, spécialement en maternelle. 



Les classes spécialisées : CLIS et ULIS
 
Lorsque le handicap ne permet pas l'intégration dans un milieu scolaire ordinaire, un certain nombre de structures spécialisées existent :

les classes d’intégration scolaire (CLIS) permettent l’accueil dans une école primaire ordinaire d’un petit groupe d’enfants (12 au maximum) présentant le même type de handicap. 

Il existe 4 catégories de CLIS (troubles importants des fonctions cognitives, handicap auditif, handicap visuel, handicap moteur). Pour l'accueil des enfants autistes, il fait privilégier une CLIS TED afin que l'enfant bénéficie d'un environnement spécifique adapté à son handicap et d'un personnel formé à l'autisme : classe structurée selon les concepts Teacch, utilisation de pictos, projet personnalisé pour chaque enfant).

Les ULIS sont des dispositifs identiques à la CLIS mais au sein de collèges.
En fonction des profils de chaque élève, un emploi du temps personnalisé est mis en place, mixant des temps de présence dans la CLIS ou ULIS et des intégrations dans les autres classes pour certaines matières.
Le nombre de places en CLIS ou ULIS est malheureusement insuffisant. Un enfant qui entre en clis à 6 ans n'en sortira qu'à 12 ans pour libérer alors une place.
Le nombre d'enfant dans une clis autiste varie entre 5 et 10 enfants par classe.
Chaque clis est dotée d'un enseignant spécialisé et d'un éducateur spécialisé + une Atsem. Ce qui fait 3 adultes pour 10 enfants maximum.
Les professionnels de rééducation (orthophoniste, psychomotricien, psychologue) interviennent sur le temps de classe et dans les locaux de la clis. Ces intervenants extérieurs sont fournis soit par un hôpital de jour, soit par un Sessad spécialisé autisme.
Le programme éducatif au sein d'une CLIS ne se limite pas aux matières scolaires du programme classique des classes primaires. L'équipe va mettre en place pour chaque enfant un programme personnalisé d'apprentissage aussi bien social que scolaire. Au sein de la CLIS l'enfant va travailler autant les matières scolaires (apprendre à lire, écrire, compter...) que son développement cognitif, les apprentissages sociaux de la vie de tous les jours.
Pour bénéficier d'une place en CLIS pour votre enfant vous devez en faire la demande auprès de la MDPH. Vous pouvez demander à assister à la commission qui étudiera votre demande. La CDAPH vous confirmera la décision dans le mois qui suit la commission par l'envoi du notification par courrier.
Si la réponse est négative, vous pouvez faire appel de la décision.
Précision importante : orientation ne signifie pas forcément place acquise ! Quand la CDAPH émet un avis d'orientation, elle ne tient pas compte des places disponibles. 



Les SESSAD
 
Les services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) sont constitués d’équipes pluridisciplinaires dont l’action consiste à apporter un soutien spécialisé aux enfants et adolescents maintenus dans leur milieu ordinaire de vie et d’éducation. Ils peuvent intervenir sur tous les lieux de vie de l’enfant et de l’adolescent. 

 


Les IME
 
Ces établissements médico-sociaux, publics ou privés, où l’élève handicapé peut être amené à séjourner, à temps plein ou à temps partiel, permettent de répondre aux besoins des enfants et adolescents handicapés.
Quelques IME expérimentaux spécifiques "autisme" ont ouvert en France ces dernières années dans quelques régions mais celà reste encore très rare. 



L’enseignement à distance 
 
Le Centre national d’enseignement à distance (CNED) est un établissement public qui propose par divers moyens une formation scolaire et professionnelle à tous les élèves qui ne peuvent fréquenter physiquement un établissement scolaire.
Depuis 1997, un « Pôle Handicap » a été créé au centre de Toulouse pour offrir des solutions adaptées aux enfants et adolescents que leur handicap ou leur maladie empêchent de suivre un enseignement ordinaire. Il propose ainsi, à partir de l’âge de cinq ans, des cursus scolaires adaptés. 



Examens et handicap
 
Pour les examens, l'Education nationale met en place des conditions d'examen adaptées à chaque handicap, y compris pour des handicaps sévères ou au contraire plus légers voire temporaires, comme un bras cassé par exemple.
On peut soit, faire sa demande au rectorat, soit s'adresser à la MDPH. Le responsable de l'établissement d'enseignement habituel est généralement la première personne à interroger.

Les adaptations sont variées : moyens techniques, temps en plus, accompagnement par une tierce personne etc...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire